Les organistes – œuvres pour grand orgue

Shin-Young Lee

Qui pourra nier que les compositeurs, avec leur savoir-faire extraordinaire, font renaître les instruments à chaque nouvelle création ? L’orgue, un instrument qui vit par le souffle intérieur. Mais le souffle extérieur est fourni par ces créations. Il faut donc encourager les compositeurs (et pas seulement les compositeurs-organistes) pour mener notre instrument vers l’avenir, et qu’il puisse être toujours vivant, à chaque moment de nos instants futurs. D’où la nécessité d’un concours de composition comme celui proposé à Saint-Sulpice.


Née à Séoul en Corée du Sud, Shin-Young Lee est issue d’une famille de musiciens. Elle débute très jeune ses études musicales par le piano, puis se tourne vers l’orgue à 17 ans.

Après ses études à l’université de Yonsei à Séoul, elle suit l’enseignement de Jean-Paul Imbert à la Schola Cantorum de Paris, puis de Michel Bouvard et Olivier Latry au CNSM.

Elle remporte le premier Prix au concours de l’église Saint-François de Lyon en Octobre 2007 et le Leebern Prize au concours International d’orgue de Columbus aux États-Unis.

Sa carrière de concertiste, où elle alterne récitals et concerts avec orchestre, l’amène à jouer dans les salles les plus prestigieuses de la capitale et du monde, telle que la Philharmonie de Paris, l’Auditorium de Radio France, la Philharmonie de Berlin, l’Auditorium de Madrid, le Walt Disney Hall de Los Angeles, et dans des festivals comme « Toulouse les orgues », Lahti Festival, Festival of sacred arts (Reykjavik), festival de Monaco, festival de Haarlem…

Elle a signé deux enregistrements pour BNL : Stravinsky (Le Sacre du Printemps à quatre mains avec Olivier Latry) et Transprovisations sur l’orgue de la Michaelskirche de Münich.

Yoann Tardivel

Travailler avec des compositeurs vivants tient une place importante dans mon activité de musicien et chaque rencontre est source d’un enrichissement durable.
L’idée de prendre part à ce concours de composition et de voir naître une musique spécifique à cet orgue si particulier est, dans mon rapport à la création contemporaine, une expérience nouvelle pour moi, ce qui suscite une grande excitation, voire même une certaine impatience !


Organiste concertiste et homme de radio, Yoann Tardivel conjugue les différents aspects de la pratique du musicien, allant du récital à la médiatisation du propos musical au sens le plus large en passant par l’enseignement et la publication d’articles dans des revues spécialisées.

Formé à Paris, Copenhague et Bruxelles, ses principaux professeurs furent Michel Bouvard, François Henri Houbart et Olivier Latry. C’est en recevant les conseils de Bine K. Bryndorf qu’il approfondit sa connaissance des musiques anciennes germaniques et nordiques ainsi que les modes de recherches nécessaires à leur compréhension. Il achève son itinéraire auprès de Bernard Foccroulle dont il sera l’assistant au Conservatoire Royal de Bruxelles de 2010 à 2016.

Sa passion pour la musique d’Olivier Messiaen l’amène à participer en 2008 au Concours international de Toulouse avec un programme construit autour du “Livre d’orgue” et dont il remporte le 1er Prix. À cette occasion il est élu « E.C.H.O. young organist of the year » pour l’année 2009.

En tant que soliste, il s’est déjà produit dans les lieux parmi les plus représentatifs de l’orgue français. Il est également invité lors de Festivals Internationaux en Europe (Allemagne, Angleterre, Belgique, Danemark, Espagne, Italie, Pays-Bas, Portugal, Suède, Suisse etc.).

Soucieux d’explorer l’histoire de son instrument mais aussi de son pays natal, la musique française, qu’elle soit baroque, romantique ou d’aujourd’hui, représente la part la plus importante de son répertoire. Ses enregistrements d’oeuvres de Jehan Alain et de César Franck pour les Éditions Hortus ont été unanimement salués par la critique.

La musique des 20ème et 21ème siècles tient une place toute aussi particulière, musique par l’intermédiaire de laquelle il interroge les possibilités de l’orgue et de l’organiste mais aussi les développements de la musique en général ainsi que ses modes d’écoute et de communication. A ce titre, il se produit régulièrement dans le cadre de festivals consacrés à la musique d’aujourd’hui tels que Klangspuren à Innsbruck (Au) ou Ars Musica à Bruxelles (B) en collaborant avec des compositeurs tels que Gilbert Amy, Pascal Dusapin, Bernard Foccroulle, Benoit Mernier, Yves Chauris, Vincent Paulet, Valery Aubertin, Thomas Lacôte ou encore Dai Fujikura qui compose pour lui Water Path, crée en 2016.

Producteur et animateur sur Musiq3-RTBF depuis 2011, Yoann Tardivel crée, produit et anime l’émission « Écoutez et plus si affinités », un programme hebdomadaire d’initiation et de découverte du grand répertoire mais aussi d’œuvres moins connues.

Aujourd’hui en tant que professeur, Yoann Tardivel enseigne au sein d’ARTS², l’Ecole Supérieure des Arts de Mons (B), établissement qui conjugue musique, art de la parole et arts visuels.


Les organistes – œuvres pour orgue de chœur & voix

Loriane Llorca

Je suis heureuse de pouvoir participer à ce concours. En effet, j’ai très à cœur, dans mon métier de musicienne, de jouer et mettre à l’honneur les compositions de mon temps.
J’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion de créer des œuvres et cela provoque toujours un enthousiasme fou. La première fois au monde qu’une musique est entendue… !


Originaire du Béarn, Loriane Llorca débute ses études musicales au conservatoire de Pau par le piano puis l’orgue avec Jesus Martin-Móro. Elle étudie ensuite au conservatoire de Toulouse dans les classes de Stéphane Bois, Michel Bouvard et Jan Willem Jansen, abordant aussi le clavecin avec ce dernier et le pianoforte avec Yasuko Uyama-Bouvard.

Titulaire d’une Licence de musicologie de la Sorbonne, Loriane Llorca allie en tant que musicienne, théorie et pratique, tradition et modernité, complémentarités indispensables pour cette jeune artiste. Ainsi passionnée par un large répertoire et témoignant d’un éclectisme maîtrisé, Loriane Llorca s’attache à défendre une variété importante d’œuvres mettant en avant la richesse musicale de l’orgue.

Ces dernières années elle a participé à la création du requiem d’Eric Saint Marc, de la Cantate pour la Paix de Christopher Gibert, et des oeuvres de Gorka Cuesta.

Elle obtient en juin 2015 son Prix d’orgue mention très bien à l’unanimité avec les félicitations du jury. Elle entre en 2016 dans les classes d’Olivier Latry et Michel Bouvard au CNSM, et est soutenue par la Fondation de France-Ustaritz, la Fondation Meyer, la Fondation Tarrazi et l’Or du Rhin.

Elle obtient en 2017 le Grand Prix et le Prix du public du concours International Jean- Louis Florentz, sous l’égide de l’Académie des Beaux-Arts – Institut de France.

S’associant volontiers en concert à des solistes, elle accompagne régulièrement et avec bonheur des chanteurs, des instrumentistes : violon, flûte, des ensembles et orchestres (Orchestre du Capitole de Toulouse, Orchestre de Paris D. Harding).

Loriane est pour l’année 2018-2019 étudiante-organiste du CNSM de Paris en résidence annuelle en temps qu’organiste soliste et continuiste auprès de la maîtrise du CMBV (Centre de Musique Baroque de Versailles). Et sera pour l’année 2019-2020 ‘’Young Artist in Résidence‘’ à la Cathédrale Saint Louis King of France de La Nouvelle Orléans aux Etats-Unis.

Ayant la volonté de transmettre sa passion et étant également intéressé par la pédagogie, elle enseigne l’orgue au conservatoire de Lucé. Loriane est secrétaire générale de l’AROSS.

Constance Taillard

Du plus loin que je m’en souvienne, la musique contemporaine a toujours été un univers musical privilégié pour l’interprète que je suis. L’étude de cette musique se fait de manière bien différente de tout ce qui la précède puisque le texte est immédiatement relié à son auteur.
Les nombreux échanges que j’ai pu avoir avec Gilbert Amy, Thierry Escaich et Éric Lebrun m’ont fait prendre conscience que les fondamentaux d’une pièce du point du vue du compositeur étaient rarement similaires à ceux de l’interprète.
Le concours organisé à Saint-Sulpice constitue une nouvelle occasion d’encourager la création auprès des jeunes compositeurs et de créer des liens toujours plus forts entre interprète et auteur autour d’instruments de grande qualité.
C’est avec beaucoup d’engouement que je porterai ce projet témoin de notre époque.


Constance Taillard naît en 1994 à Mulhouse, et commence des études de piano puis de clavecin et d’orgue. Elle y obtient le Diplôme d’Etudes Musicales (DEM) en clavecin et en orgue. Elle se perfectionne ensuite auprès d’Eric Lebrun au CRR de Saint-Maur-des-Fossés

À 17 ans, Constance Taillard intègre la classe d’Olivier Baumont et Blandine Rannou au CNSM. Après avoir obtenu son Master de clavecin et basse-continue, mention très bien à l’unanimité, elle entre en 2015 dans la classe d’orgue de Michel Bouvard et d’Olivier Latry. En parallèle, elle suit la formation au certificat d’aptitude à l’enseignement. En 2016, Constance est nommée professeur de clavecin au conservatoire d’Arras.

La fondation Safran pour la musique a concrétisé son soutien à la jeune artiste par la participation à l’achat d’un clavecin Titus Crjne, en 2016 et d’un orgue Johannus Live III, en 2018.

Constance Taillard se produit fréquemment en soliste et dans des ensembles de musique de chambre, aussi bien en France qu’à l’étranger. Elle s’est déjà produite à la Cité de la Musique de Paris, dans le cadre de l’intégrale Jean-Sébastien Bach ; à la Philharmonie de Paris, ainsi qu’au festival de La Chaise-Dieu où elle était en résidence.

Son intérêt pour la musique contemporaine l’amène à rencontrer les compositeurs d’aujourd’hui comme Gilbert Amy, Thierry Escaich et Eric Lebrun. Elle a été invitée à plusieurs reprises par France Musique dans les émissions « Génération jeunes interprètes » et « Chambre classique ». En septembre 2018, elle remporte le second prix du concours international de musique baroque « Corneille ».

La musique d’ensemble tient également une place importante dans l’activité musicale de la jeune artiste. Elle joue sous la direction de Julien Chauvin, Ignazio Schifani et Maxime Pascal et est régulièrement sollicitée pour collaborer avec des ensembles vocaux tels que les chœurs Intermezzo, Jubilate Deo ou encore l’ensemble vocal Christine Paillard.

Soucieuse de la conservation des orgues dans leur état d’origine, elle préside l’Association Patrimoine Oltingue Sundgau qui a pour mission de préserver l’orgue Callinet le plus authentique de France.

Ronan Chouinard

Quels sont les liens entre la création musicale et la musique sacrée ?
Cette dernière, selon beaucoup de musiciens, a énormément apporté au répertoire vocal qu’il soit a capella ou non, pour toutes les formations possibles, du solo au double chœur et plus. La voix est effectivement le seul instrument qui peut porter un texte et même le faire chanter. La prière chantée est donc le moyen le plus incarné et également le plus beau de répondre à Dieu.
D’un autre côté, peu de musiciens accordent au répertoire sacré un rôle moteur dans l’évolution du langage musical car dans ce cas précis, la création est au service de la prière, et non l’inverse. Beaucoup ont tenté de faire mentir cette affirmation, peu y sont parvenus. En effet, trop peu d’œuvres sont réinterprétées après leur création.

Quelle est donc la place de ce concours dans la création musicale d’aujourd’hui ?
Chaque compositeur qui découvre et prend en considération cette réflexion pluriséculaire sur la musique sacrée se met inévitablement à la suite de ses prédécesseurs.
En tant qu’organiste liturgique et chef de chœur à St-Sulpice, je soutiens ce formidable défi pour les musiciens actuels, notamment dans la catégorie « orgue et chœur » prévue par le concours, de poursuivre cette réflexion et de la développer.


Après ses études au conservatoire de Rennes dans les classes d’écriture et de trompette, Ronan Chouinard entre au CNSM où il obtient cinq Prix en écriture musicale et orchestration. Grâce au programme Erasmus il étudie la direction et l’improvisation à l’orgue à la Hochschule für Musik de Detmold (Allemagne) dans le cursus Kirchenmusik. Agrégé en musicologie, il enseigne actuellement dans les Hauts de Seine.

Soucieux de la qualité des musiques liturgiques, Ronan Chouinard compose également des pièces de styles et de niveaux variés pour chœur et orgue. Il est titulaire de l’orgue de chœur de Saint-Sulpice, Paris et de ce fait, membre de l’AROSS. 

Louis Jullien

À plusieurs reprises, j’ai eu l’occasion de travailler des pièces contemporaines auprès de leurs compositeurs. Ces expériences furent très enrichissantes, et permettent d’avoir une approche différente de la musique, en étant guidé par son auteur. Ce concours de composition sera une formidable occasion de faire travailler ensemble différents mondes musicaux (compositeurs, chanteurs, et organistes), avec une atmosphère, un lieu et des instruments hors du commun.  


Louis Jullien est né en 1998. Il commence l’étude de l’orgue avec Pascale Melis aux conservatoires de Saint-Cloud et de Courbevoie, où il étudie également le piano et l’écriture.

Il est ensuite admis au CNSM de Paris, où il poursuit actuellement ses études dans la classe d’orgue de Michel Bouvard et Olivier Latry. Depuis 2018, Louis Jullien est organiste titulaire adjoint de l’orgue de chœur de Saint-Sulpice, Paris et de ce fait, membre de l’AROSS.

L’ensemble vocal Sequenza 9.3

Créé en 1998 par Catherine Simonpietri, Sequenza 9.3 est reconnu pour la virtuosité de ses performances, son sens de l’exigence et son goût du risque. Les chanteurs qui le composent sont des solistes professionnels qui ont tous choisi de servir et de partager avec passion un large panorama de l’art vocal polyphonique d’aujourd’hui.

L’ensemble a pour ambition de transmettre avec sincérité et spontanéité la découverte d’une actualité musicale vivante et la réécoute des œuvres méconnues de notre patrimoine. Au fil des nombreux projets menés depuis sa création, l’ensemble a réussi à être identifié comme un ensemble innovant et atypique dans le paysage musical d’aujourd’hui.

Sequenza 9.3 s’est engagé dans de nombreux projets de territoire, à travers des projets participatifs associant pratiques amateurs et professionnelles, des actions en direction des publics du champ social, des interventions en milieu scolaire, ou encore une résidence au sein du Parc départemental Jean-Moulin/Les Guilands.

Depuis 1998, l’ensemble a interprété plus de 60 créations : Philippe Hersant, Ondrej Adàmek, Alessandros Markeas, Eric Tanguy, Dai Fujikura, David Neerman, Juste Janulyte, Esa-Pekka Salonen, Aurélien Dumont, Edith Canat de Chizy, Patrick Burgan, Vincent Paulet, Suzanne Giraud, Thierry Escaich, Stéphane Leach, Laurent Durupt, Alexandre Gasparov et bien d’autres. L’ensemble a aussi collaboré avec de multiples musiciens et artistes du spectacle vivant.

L’Ensemble vocal Sequenza 9.3 est soutenu par le Département de la Seine-Saint-Denis et la Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France – Ministère de la Culture au titre du conventionnement. Il est accueilli en résidence au Parc départemental Jean-Moulin-Les Guilands et par la ville de Pantin. La Sacem contribue à son développement. Certains projets reçoivent le soutien de la Région Île-de-France, decertains dispositifs spécifiques de la DRAC Île-de-France, de Musique Nouvelle en Liberté, de l’Adami ou d’autres partenaires. Il est membre des réseaux FEVIS et Futurs Composés et est Ambassadeur de la Seine-Saint-Denis #inseinesaintdenis.fr 
Plus d’informations sur l’Ensemble > www.sequenza93.fr

Catherine Simonpietri

Le mot « orgue » a la même origine que le mot « organe ».
Véritable poumon de la musique, le son de l’orgue n’a pas de fin ; il évoque l’idée de l’immuable, de la durée et de l’éternité. Ne dit-on pas en musique le « point d’orgue » ?
Né bien avant l’ère chrétienne, il est le souffle de l’humanité, il est pour moi le gigantesque chœur de notre planète.
Ainsi, la fusionnelle collaboration du chant et de l’orgue a été un des axes privilégiés de Sequenza 9.3 depuis ses origines.
J’ai aussi choisi d’orienter depuis sa création, le parcours artistique de mon ensemble vocal autour de la redécouverte du répertoire du XXe siècle et de la création avec de nombreuses commandes à des compositeurs d’esthétiques très variées.
Imaginer un concours de composition avec l’AROSS s’inscrit dans une évidente continuité vingt ans après la création de Sequenza 9.3.
Nous pourrons ainsi offrir à des créateurs d’aujourd’hui l’opportunité d’écrire pour un patrimoine instrumental unique et Sequenza 9.3, dont l’exigence artistique n’est plus à prouver.


Diplômée du Conservatoire Royal du Grand-Duché de Luxembourg et de l’École Internationale de Chant choral de Namur (Pierre Cao), Catherine Simonpietri se perfectionne auprès de Frieder Bernius, John Poole, Erik Ericson, Hans Michael Beuerle et Michel Corboz.

Titulaire du Certificat d’Aptitude de Direction d’ensembles vocaux, elle enseigne au CNSM de Paris depuis 2001, au CRR d’Aubervilliers/La Courneuve, ainsi qu’au Pôle Sup’93.

En 1995, elle participe à la création de la Mission Chant Choral de la Seine-Saint-Denis, structure destinée à développer le chant choral dans ce département en articulant formation, création et diffusion, avant d’en assumer la direction pédagogique et artistique.

Passionnée par la création artistique contemporaine, elle crée en 1998 l’ensemble vocal professionnel Sequenza 9.3 avec lequel elle développe une politique musicale exigeante et ouverte sur les différentes esthétiques du XXe et XXIe siècles.


Revenir à la page de présentation du concours