Photos

Histoire

  • Cavaillé-Coll 1858 (relevage en 1868)
  • Modifcations par Mutin debut du 20ème siecle
  • Relevage par J. Picaud en 1981

Plus de renseignements dans le numéro de L’Orgue consacré aux « Maîtres de chapelle et organistes de choeur de l’église Saint-Sulpice à Paris » (n°260/2002 IV).

À propos de l’orgue de choeur

Abbé Lamazou, Etude sur l’orgue monumental de Saint-Sulpice et la facture d’orgue moderne, 1863, p. 77-79.

Si le grand orgue est nécessaire pour imprimer au culte un caractère d’intérêt et de majesté, l’orgue de chœur a, lui aussi, une incontestable utilité. On ne saurait trop le propager dans toutes les églises un peu considérables et où l’on désire que rien de manque au culte. Malheureusement il n’est encore d’un usage général que dans les églises de Paris. […]

Parmi les orgues de chœur les plus parfaites, signalons l’orgue de Saint-Sulpice et de Sainte-Geneviève. Celui de Saint-Sulpice est dans un son genre un véritable chef d’oeuvre. Non seulement il a une grande puissance, mais encore des jeux de solo d’une pureté exquise. Ces jeux rehaussent et harmonisent les voix. […]

Lire le texte intégral

Lettres de la Maison Cavaillé-Coll

Lettre du 22 janvier 1858

Monsieur. Les travaux de l’orgue de chœur de St-Sulpice étant terminés, nous [venons] vous prier de vouloir bien désigner la commission chargée de vérifiée et de recevoir notre ouvrage.

Nous vous prions en même temps, M. de vouloir bien nous faire connaître le jour qui sera choisi pour procéder à cette vérification afin que nous puissions assister la commission dans son examen.

Veuillez en attendant, M. agréer l’hommage en profond respect [de vos très humbles].

Lettre de Cavaillé-Coll à M. E. Cauchy, membre du conseil de fabrique de l’église Saint-Sulpice à Paris (22 janvier 1858)

Lettre du 22 janvier 1858

M. l’Abbé. Je vous remets ci-joint une lettre que je vous prie de faire [tenir] à M. le curé  et par laquelle je prie MM les membres de la fabrique de bien vouloir désigner la commission chargée de vérifiée et de recevoir nos travaux.

Je serai bien aise que M Séguier fût de retour pour cette vérification des travaux, on m’a dit qu’il devait être de retour dans la première quinzaine de Février.

Il me semble qu’à côté de la commission permanente composée de MM Cauchy, Séguier et Lissajous, il il suffirait d’adjoindre un ou deux membres de la commission qui avait été précédemment désignée pour la vérification du devis soit:

M Le Buron  [__] de Latour, savant acousticien

M Ambroise Thomas, savant compositeur

M De La Mornière, savant mécanicien

et M Roller savant et [__]

Il me semble que ces MM sont parfaitement bien placés pour donner leur avis sur nos travaux soit du petit comme du grand orgue. Tous ces MM font d’ailleurs partie de la commission déja nommée par la fabrique.

Il n’y aurait donc rien que de très naturel à les prier de venir vérifier ce qu’il ont déja reconnu nécessaire de faire.

[__] M l’abbé. Veuillez agréer avec nos remerciements les très [__].

Lettre de Cavaillé-Coll à M. l’Abbé Lamazou à Paris (22 janvier 1858)

Lettre du 21 juin 1858

Messieurs. Nous avons l’honneur de soumettre à votre bienveillante attention quelques observations concernant les travaux que nous avons exécutés pour la restauration et le perfectionnement de l’orgue de chœur de St-Sulpice.

Lors de la réception de cet orgue qui a eu lieu le 18 février dernier, nous avons remis à la commission chargée par la fabrique de procéder à la vérification de notre ouvrage, un état général des travaux effectués, comparés avec ceux prévus au devis.

Dans cette pièce, que nous vous prions de vouloir bien vous remettre sous les yeux, nous avons indiqué que les ouvrages conformes au devis et les travaux supplémentaires que nous avons été entraînés à faire, soit par suite de [malfaçons] de quelques unes des parties de l’ancien orgue, soit  par les additions et les perfectionnements que nous y avons ajoutés de notre chef, pour donner à cet instrument le degré de perfection désirable.

Lettre de Cavaillé-Coll à M le curé et MM les membres de la fabrique de l’église St-Sulpice (21 juin 1858)